Jeux d’émos

 

Paris, la nuit
Je m'avance sous la lumière de la tours Eiffel
Au détour d'une ombre, sans aucune encombre j'approche la pulpe de mon doigt tout près d'une branche
Mais ce n'est pas une branche
Il s'agit d'un fil électrique
Ça quelle surprise
Comment sais-je qu'il est électrique ? Car je suis la narratrice, alors niquez-vous.
Parce qu'en réalité je n'ai pas pris le jus
Non pas que je n'aime pas ça, j'adore qu'on me pompe la mousse.

Pardon je m'égare
Je m'égare donc non loin de la tours Aisselle, mon doigt à fleur d'un fil électrique, et me met alors le pouce à l'oreille
Pourquoi est-il coupé ? C'est bien la question que je me poste.
J'attrape le fils éclectique
Il me demande de le relâcher, « léchez-moi s'il vous plait, qui êtes-vous ? »
Je le regarde, circonspeste, le lécher ? Le détacher ? Mais mon bon fils « vous êtes détaché » et ce n'est pas normal, c'est même alarmant, « que s'est il pacté ? »
« une sale affaire ma dame, une salle à fer à repasser »
« plait-il ? »
« oui, je plaiderai demain, mais je ne suis ni coup ni table, croyez-moi »

J.. qui est-ce? J'ai mal à la tête, il parle bizarre ce type, pourquoi il me parle de couverture, il est coupable de quoi au juste ? Ah non il est non coupable, mais ça c'est ce qu'il dit. *suce pisseuse*

C'est donc toujours la nuit, je reprend ma promenade. A vrai dire je connais mal Paris, alors vous aurez là une vague description de ma promenade. Même aucune.
Toujours elle, encore, elle continue. J'ai contenu par une route, menant vers un lampadaire, menant vers le sac à raie en forme de cœur.
Telle est ma destinée, mon chemin, ma distance, et je la raye de tout encore, mais je m'endors.
Je me suis endormie sur le chemin. Sans aucun sous, enfin si, 1 euro et 34 centimes. En rond, et sans piches pour m'emmerder.
Mais les vrais veillent. La raie m'attend. L'arrêt des putes est juste là, il me mènera jusqu'au sac de rats, merci monsieur, mais si il pleut, ben oui c'est Paris. Trop de têtes se droguent.

Me voilà donc à présent à la brise de la fenêtre du bus, c'est pas très pratique, de l'eau entre dans mes habits, ça tacle mon visage. Mais sa raie veille, ça fait du bien, ça me donne le sourire.

Ça vous a déjà rendu heureux la pluie ? La vie ? Le gris ? Le gui ? Vous avez déjà embrassé sous une branche ? De gui ? De riz ? De pli ? D'ébli ?

Je me gare encore, et le bus s'égare, nous sommes arrivés à destination. Sucre carré en corps, ma voie est ici et elle est guérie !

Ainsi je vous sale mes rillettes de porc, le baigneur est dans la boue, et en est épris.
Succinct arrêt encore.

Merci.

Dans THE INTERNET. Là t'as le permalien.

10 coms pour Jeux d’émos

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)