Novembre à Moving – une nouvelle écrite par [Vivelavie]


Jeudi

J'étais en stage à moving, une salle de sport que côtoient les friqués de ma ville. D'habitude les stages comme chacun sait ; c'est de la merde, on taff pour pas un centime et on se tape les corvées que personne ne veut faire. Mais là on était jeudi soir et finalement c'était plutôt cool : Peggy, la chef des commerciales m'avait pris en affection, moi, le petit stagiaire à la con. Elle arrêtait pas de me dire que j'étais très beau garçon, que j'avais tous pour réussir mais que je devais m'ouvrir plus aux autres et qu'ainsi un grand avenir s’offrirait à moi. C'était un peu la patronne et tout le monde l'aimait bien, elle devait se faire 3000 euros par mois et avait ce qu'on appel dans le monde de l'entreprise «un très bon sens relationnel ». Bon voilà, ça me mettait de bonne humeur cette nouvelle amitié mais en plus de ça j’étais aussi content parce que ça commençait à se concrétiser entre Adeline et moi. On textotait ensemble depuis quelques mois et ce jour-là ; je lui avait dis que j'irais l'attendre à la sortie de son école le samedi et qu'en plus de ça je l’embrasserais. Mon projet avait plutôt l'air de la réjouir du moins autant que j'ai pu en juger à la lecture de ses SMS. Il y avait quand même un petit problème : elle avait un copain mais elle en parlait pas ou peu ça ne semblait pas être très sérieux. Elle m'avait dit qu'elle le quitterait pour moi. Ce qui importait pour elle c'était plutôt que je lui paye un piercing au labret : je lui avait dit d accord.

Donc au moment de quitter moving j'avais vraiment le cœur remplis de joie et d'espérance la roue aller tourner, enfin, place à MOI. Durant le trajet je me remémorais les mots de Peggy qui me faisaient puissamment chaud au cœur, je me rappelais aussi ce qu'elle m'avait demandé au moment de signer mes conventions de stage « Est tu prêt pour l'aventure moving ? ». J'avais d'abord pris cette question oratoire pour une punchline merdique de commercial, mais je devais me rendre à l'évidence : ma vie changeait. Je changeais. D'un garçon timide et peu sur de lui j'allais me transformer en un BG parfaitement épanouis vendant des forfaits de sports et de vielles salopes friquées et bientôt je découvrirais l'amour, le tout premier de ma vie.

Je suis arrivé chez moi et en ouvrant la porte j'ai balancé du haut de mon nuage un : « C'est moi ça va !!? » Mon pére était seul dans l'appartement en plein milieu du salon j'ai tout de suite senti que quelque chose n'allait pas.

  • Non ça ne va pas. Dit-il d'une voix qui me glaça le sang, d'une voix qui s’efforçait d’être neutre mais cachait une profonde émotion.
  • Pourquoi qu'est ce qu'il y a ? Demandais-je en tentant de me remémorer mes dernières conneries et celles pouvant le mettre dans cet état
  • …..
  • Dis moi ce qu'il passe
  • Grand-père est mort.

L'instant d’après : il fondit en larme, c'était la première fois que je voyais mon père pleurer.

J'ai foncé dans ma chambre, j'y suis resté seul toute la soirée. Je n'ai ni parlé à ma sœur ni à ma mère lorsqu’elle son rentrée. Je ne suis pas allé manger avec eux. Je ne voulais pas me retrouver face à la détresse de ma famille. Allongé dans mon lit, je me contentais de fixer le plafond. Je suis resté comme ça, perdu, sonné un bon moment, peut être 2 heures ou 3. Passé ce moment d’hébétude je repris mes esprits, mon portable vibrait, c'était Adeline.

Elle s’inquiétait que je ne lui réponde plus, elle m'avait envoyé plusieurs sms que j'avais laissés

sans réponse. Je lui expliquais la situation. Je lui ai dit que je n'irais pas la chercher samedi, je n'avais vraiment plus l'esprit prêt à un quelconque épanchement amoureux. Mon désistement eu l'air de l’affecter profondément. Elle m'envoya plusieurs SMS très touchants.

Adeline 19h58

Viens s'il te plaît viens. Je voulais que tu viennes

Adeline 20 : 01

Viens ça te changeras les idées

Adeline 20:04

répond ! ?????

Finalement, devant une telle opiniâtreté et étant profondément amoureux : j'ai craqué. J'irais la chercher. Et du fin fond de ma tristesse j'avais trouvé une lueur, Adeline était là. Je n'avais plus à être triste quoi qu'il en soit j'aurais mon Adeline. Je m'endormais en étreignant dans mes bras aussi fort que possible ma couette et en n'y projetant toute la tendresse, l'amour, et la profonde douceur que reflétait les sms et la photo de profil d'Adeline.

Vendredi

Rien à dire de particulier sur cette journée. Bref, passe au samedi et arrête d'emmerder le monde.

Samedi

Mon Vendredi était passé comme une larme ; paresseusement il coula, puis tomba, puis se désintégra pour laisser place au samedi. Enfaîte je suis allé à moving j'ai fait mon taff d' apprenti escr... commercial c'est à dire tenter de vendre un service de merde en créant un lien d'amitié non réciproque avec le pigeo... et le client.

Je me suis levé puis préparé du mieux que je pouvais. J'ai enfilé un Levi's, mis pas mal de déo et un T-shirt Bleu avec écris dessus « Paradise Old dream » en jaune. Le ciel aussi était bleu, il n'y avait pas un seul nuage, mais il commençait à faire froid et les arbres avaient presque entièrement retirer leurs mentaux de feux. Pour aller trouver Adeline je devais prendre un transilien puis un rer et pour finir marcher un peu. Pendant tout le trajet je recevais des messages de ma dulcinée qui souhaitait savoir : ou j'étais, a quel heure arrivait, partait mon train... Bref elle avait l'aire vraiment amoureuse et j'imagine qu'elle ne devait pas suivre grand-chose de son cours. Moi durant le trajet je me sentais vraiment bien comme guidé par une envie ou plutôt une force qui venait d’ailleurs. Je me disais intérieurement : voilà ! c'est dans l'ordre des choses les gens meurent, des couples se forment, des enfants naissent ! Je pensait il est temps de construire ton destin. Pour vous dire si c'était un film l'alcoolique de cameraman aurait fait un gros plan sur ma tronche entrain de maté le paysage et l'ingé son aurait balancé Paradise Circus de Massive Attack.

Je suis enfin arrivé à Achères, la ville ou Adeline avait cours. Une petite ville qui avec le ciel azuréen et ses HLM à taille humaine dégageait en ce samedi matin un charme tranquille. J'étais arrivé une demi-heure en avance, je mâchais un chewing-gum à la menthe extra-forte pour avoir une haleine d'une odeur acceptable au moment ou il serait temps d'embrasser ma syphilide, ma petite princesse. J'étais sacrément nerveux comme quelqu'un qui attend un être ayant le pouvoir de changé sa vie. Ayant le pouvoir de faire naître un soleil dans la plus sombre des nuits. J'étais comme Neary dans rencontre du troisiéme type.

Subitement, je me suis aperçu que je n'étais pas le seul à attendre Adeline. Je n'était pas tout à fait sur au début. Ça fait toujours drôle de reconnaître quelqu'un qu'on a pas vu ailleurs que sur Facebook soudainement la photo de profil prend vie.

Moi 12:16

T'es vraiment une salope

Adeline 12:16

Qu'est ce que j'ai fait ?

Moi 12:17

Rien t'as rien fait ! Va le retrouver

Adeline 12:17

Quoi ?

Moi 12:17

Ya ton mec qui t'attend.

Adeline 12:17

C'est pas possible c'est pas lui.

Moi 12 :18

On verra je t'attend à la gare

Adeline 12:18

Ok

Moi 12:21

Peut etre que j'ai mal vu

Adeline se ramène à la gare avec son mec et des copines de sa classe. Je suis sur le quai et elle aussi mais à 20 mètres : elle me regarde sans trop me calculer, me montre du doigt à une de ces copines, puis sourit.Un RER arrive. Elle monte dedans avec sa petite compagnie, moi aussi mais dans un autre wagon. Je ne sais plus ou je suis.

Adeline 12:49

Je ne savais pas qu'il devait venir

Adeline 12:55

T'es ou ?

Adeline 13:01

??

Moi 13:04

t'as regardé dans ton cul ?

Adeline 13:04

MDR bref t'es ou ?

Moi 13:04

Quand tu m'as vu t'as rigolé

Adeline 13:08

C'est ta tète qui m'a fait rire

Moi 13:10

vas te faire foutre

Adeline 13:11

Bon, t'es ou ?

Moi 13:12

Si tu tiens vraiment à moi RDV à M...... tout à l'heure

Adeline 13:13

ok rdv à la gare de M..... à 14h30 !!!!!!

Adeline 13 : 14

Et on va faire quoi ?

Moi 13:20

Je sais pas je veux juste que tu sois dans mes bras.

Moi 14h35

Tu arrives ?

Moi 14h40

??

Adeline 14h41

Je viendrais pas parce que je suis entrain de FAIRE L'AMOUR avec mon mec. Tu comprends pas que je te prend pour un con depuis le début. Lâche-moi maintenant.

0732948..... 14h42

Je cé pa qui té sale fils de pute ma meuf ma di que tu l'harcellé depui 3 mois. Jte conseil d'arrété si tu veux pas jte terrmine ta race de fils de pute sale mallade ele se moke de toi é toi tu la krois salle puso xptdr.

Je suis rentré chez moi. Je me suis allongé sur mon lit et j'ai fixé le plafond blanc. Mon haleine sentait l’arôme de menthe.

Dans THE INTERNET. Là t'as le permalien.

18 coms pour Novembre à Moving – une nouvelle écrite par [Vivelavie]

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)