Henrik Hjelt : le pouvoir de l’ennui

Solène regarda la bite se ramollir sur la jambe de son énième proie, la dernière goute de sperme s'infiltrant entre les quelques poils de la cuisse finissant en un *ploc* sourd sur le matelas 2 places ayant pris d'un coup une vieille gueule aux yeux de notre princesse d'un soir, d'une position.

Elle esquissa une grimace en signe de mécontentement et se retourna en s'emmitouflant doucement pour pas déranger Fred. Elle avait toujours le sperme entre les cuisses et se remit en tête de ne pas oublier la pilule. Elle se dit que tout était allé un peu vite mais et qu'elle avait un peu peur de faire la pute, de se rendre compte que c'était le prix à payer pour subvenir à ses besoins d'excitation.

Le sexe de Fred se raidissait à nouveau alors que la mouille sèche de Solène lui tirait un peu la peau, il secoua un peu son paquet d'une large poignée pour faire passer le chatouillement résultant de l'insignifiante douleur procurée. Solène cru qu'il s'était gratté mais c'était sans compter la main qui avait pénétré sa raie.

Le doigt de Fred faisait alors pression sur son petit bouton de trou du cul tandis qu'un autre s'affairait sur la fente vaginale, Pouce et index, à l'unisson, dansaient sur les trous de la perplexe Solène qui se demandait bien où son conjoint voulait en venir. Fred, croyant avoir eu une idée de génie, inversa alors ses deux doigts pour que l'index puisse lubrifier l'anus de sa partenaire avec sa propre mouille. Non seulement il devait se tordre la main pour bien apprivoiser les deux zones à la fois mais en plus Solène se retourna pour lui faire comprendre qu'elle n'en avait pas envie.

Elle regarde alors le sexe en érection et s'embrocha dessus avec sa bouche. Sa cyprine lui laissa un goût salé  et amer mais ne l'empêcha pas d'atteindre son but, réussir sa gorge profonde du premier coup. Victoire, elle empoigna les fesses de Fred pour garder la bite dans sa gorge aussi longtemps que possible.

Fred éjacula en révulsant.

Le sperme ressorti par le nez de Solène qui toussait mais garder cependant prise sur le derrière de son nouveau sex toy. Elle le regarda dans les yeux en tirant une grimace trahissant tout le mal qu'elle prenait à réussir son tour de magie.

Fred se croyant alors dans un porno tenta de faire pénétrer une de ses testicules dans la cavité buccale de son nouveau sex toy en espérant ainsi pouvoir la claquer de la main à travers une de ses joues. Solène se retira d'un coup, essoufflée. Sperme et bave jonchaient sa bouche et quelques bulles s'éclataient çà et là tandis qu'un énorme filet faisait le trajet entre le  gland et la lèvre.

Fred prit ses couilles et les plongea dans la bouche de Solène tout en tenant son sexe toujours dur contre son ventre. Le bruit de la bave sous pression poussa notre princesse à laisser s'échapper  un petit son de peluche. Fred laissa retomber son sexe sur la figure de la belle et propagea toute la bave sur celle-ci. Il tapota un peu sur la joue droite, puis sur la joue gauche, les boules toujours en bouche.

Le visage de Solène ressemblait à une séance de bukkake après que tout le sperme se soit écoulé ne laissant qu'une fine couche de fluide luire sur le visage. Fred lui cracha sur les yeux. Il échangea la place de ses couilles et de son sexe en se retournant. Sa bite pénétra doucement dans la gorge de Solène qui elle crispait la gorge pour se retenir de vomir. Il pénétra violemment faisant claquer son paquet sur le nez de sa promise.

Encore une fois, cela ne dura pas longtemps et Fred se retira pour laisser tout couler au dessus de la bouche de Solène. Le sperme s'infiltrant dans le nez, elle éternua. Fred lui nettoya le visage avec du sopalin et commença à se préparer pour partir tout en se répétant : "La prochaine fois je la sodomise rien à foutre".

Dans Créas perso. Là t'as le permalien. Et là tu peux voir les tags.

13 coms pour Henrik Hjelt : le pouvoir de l’ennui

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)