[+18] La classe féminine (Putricide d'amonium)‏

Sucez filles, de vos lèvres closes,
Sœurs de mon gland tout rose,
Qui serrent et desserrent la vis
Qui déride les plus taris.

Sucer ambrosien, que j'adore

Comme mon tout, et dont encore
Je sens de ta bouche souvent,
Plus d'un jour après, le doux relent.

En vous, bouche de semence pleine,
Qui s'engouffre en ton haleine
Une saveur qui jusqu'à ton coeur descend,
Et en mille frissons s'y répand.

Et vous, mes petites montagnes,
Je parle à vous, lèvres compagnes,
Dont le corail naïf et franc
Cache deux rangs d'ivoire tout blanc.

Je vous supplie, n'ayez envie
D'être homicide à ce qui éjacule la vie,
Pour ne point tuer en moi l'émoi,
Mille fois de jour, de nuit baisez-moi.

Un couillon qui ne signe pas ses poèmes sur le net

Dans +18. Là t'as le permalien. Et là tu peux voir les tags.

Un com pour La classe féminine (Putricide d'amonium)‏

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)