Barbarie LCD (vlv)

michel-drucker-a-perdu-olga

On ne quittait plus nos téléphones. Les yeux : cernés et grands ouverts devant des tableaux brillants. Dans chaque rame de métro moins de livres et plus de lumières bleues. Nous nous évaporions peu à peu d'un monde pour en investir un autre. Qu'avait t-il de plus ce monde là ? Il permettait nous le croyions d'augmenter la vie, d'en augmenter l’intensité. Nous étions autre sur les réseaux, il y avait la possibilité  de se recréer, de créer. On pouvait évoluer dans un espace où l'imaginaire prenait forme. Ce monde-ci, avait d'autre spécificités : En effet,  de part l'anonymat et la distance,  les conventions sociales s'y transformèrent. On pouvait insulter et haïr sans recul, comme l'on pouvait aimer et adorer sans voir. Tout était permis, les codes furent bouleversés, la civilisation des mœurs d'Elias enterrée.  L'instantanéité nous forçait a être percutants et brefs. Le langage même, miroir du monde social s'en trouvait changé. Les smileys furent utilisés en masse car ils permettaient de dire très vite. Cependant ces smileys disposait d'un incroyable défaut : ils uniformisaient nos sentiments, causaient l’éviction des mots. Ainsi, les tristesses, les joies et les haines jadis uniques et précieuses devinrent conventionnelles, superficielles.  Internet permettait une globalisation de l'humanité, seule la barrière de la langue subsistait. Internet condensait nos âmes vaporeuses et dévergondées.  Mais peu à peu en faisait quelque chose de vaguement uniforme.

Jusqu'au jour ou est apparu la télévision. Ce fut lors d'un dimanche de printemps aux alentours de 15h30. Nous vîmes apparaître un homme nommé "Michel Drucker" il était assis sur un divan rouge avec a ses pieds un dalmatien. Chacun compris ce jour là que plus rien ne pourrait être comme avant.

Dans THE INTERNET. Là t'as le permalien.

11 coms pour Barbarie LCD (vlv)

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)