je fais tes trucs trop bien avec les pieds

Viens je vais chialer sur le bas de ton pantalon, et lécher tes chaussures, écoute moi, conseil moi, guide moi, et je serai ton chien, car après tout, je ne vaut rien de mes propres envies et désir je veux la mort je veux la mort je veux la mort.

Tu peux me dire quel choix éviter, revenir en arrière comme dans un rêve, un rêve qui me paraît beaucoup plus beau si j'avais réfléchit, réfléchit a passer une vie qui n'empeste pas les doigts de merde et de fromage.

Je veux la mort des gens, de moi, des gens et de moi, car je fais des effets de rebonds dans mes phrases pétasse.

Je veux ta mort, je t'imagine souffrir, je t'imagine supplier, je t'imagine la bouche en sang, j'imagine ton sang et je le goute, je le goute et je le goute, je le bois et je le bois, je veux te voir vide de vie comme je veux que cette merde arrête d'inonder mon crane.

J'y crois j'y crois j'y crois.

En nous, en toi en moi.

Je te baise je te baise je te baise.

En flou, en roi, en Therese puteeeee de rime de merde va te faire .

Je me sens énervé ces temps ci, c'est le boulot c'est ma femme c,est les gosses c'est la famille. Non c'est le monde, le monde va plus, ou n'a jamais été, je veux le voir bruler, me promener avec mon sabre et ma veste a capuche, trancher des trucs en rigolant, me branler contre un mur des galeries Lafayette et buter une vieille.

Je veux des massacres états uniens, avec pleins d'enfants morts, et des parents qui pleurent, et je buterai leurs parents, et les gens pleurent, et je bute ceux qui pleurent, et je les buterai, jusqu'à ce que les gens arrêtent de pleurer.

Je veux dire merde, je veux dire je, je veux parler de moi comme une personne très intéressante, je veux qu'on me pose des questions que je n'y réponde pas, je veux qu'on me critique que je m'en foute, je veux qu'on me félicite que je me branle, je veux qu'on me laisse tranquille deux jours par semaines le temps de chier ma merde.

De la reconnaissance, quand dans la rue je marche qu'ils ne croisent pas mon regard ou j'ouvre leur gorge de mes propres mains, qu'ils explosent dans des métros et des trams, que les transports en commun fassent le 14 juillet, que je vois du sang gicler.

Qu'on voit en long et en large, dans le ciel sur la terre sur les eaux sur ta mère fils de pute, qu'on voit Kyx marqué en lettre rouge, dans des rivières blanches, sur de la neige, du sang du sang et du sang qui montre Kyx.

Kyx kyx kyx kyx ktyx kyx kyx kyx kyx kyx kyx ky xnxkyx kxy xkyx kyx kyx kyx ky xkyx x

BAM BMA BMA BMAB les balles tombent, les gens crient, j'veux mon lit, j'veux rêver, au bout d'un joint que demain je peux recommencer, a rêver, au bout d'un joint, que demain je vais aimer, me lever et être heureux de ce que j'ai, de ce que je suis, de qui je suis, de l'odeur de merde qui se dégage de mes doigts, j'adore ce fromage connard.

Comment dire sans paraître vulgaire, qu'avec ma guitare j’éclate ton frère, qu'avec mon harmonica je tranche la gorge de ton papa, qu'avec ma batterie je bute ta mami, qu'avec mon micro je t'inocule le sida, fils de pute.

Il n'y a rien de constructif qui ne se détruise pas, si ça vie, ça meurt, si c'est ca demain j’achète des bières, après avoir sucé mon boss et mes collègues, paraît qu'on peut se faire virer, ça serait con con con con de perdre son boulot lot lot lot, et poser mon enculé au chômage age age age, sans appart, les besoins sont différents.

Comme se gland tuméfié, comme ce cancer désiré, les vitres s'ouvrent pas, ou s'ouvrent, de temps en temps quand le temps s'y prête, j’aère l'odeur de merde qui persiste, mais elle vient de moi, du monde, je l'aime pas ce monde, j'veux le bruler.

J'veux mon île, manipuler les gents, les faire mourir et rire, les faire sourire et mourir, les voir rigoler aux enterrements, m'amuser d'humanité, aligner des mots qui me donnent un air cool, arrêter de penser, arrêter de penser.
Ignorer mes pensées et rigoler, me défoncer l'esprit léger, me défoncer sans me gêner, sans responsabilité, sans vraie vie quoi.

Je veux trop de chose pour si peu d'argent, je veux de l'esprit dans mon bol de riz, et du foutre dans ma gourde.

Je ne veux pas me suicider, je n'ai encore rien fait, et le poing en l'air je m'affiche en nuisette, je suis une pute du monde, je passe a la télé comme une merde qui réclame son foutre journalier, comme une personne normale, je veux qu'on m'adule qu'on m'encule qu'on m'adore qu'on m'ignore qu'on m'envie qu'on renie, aimer des gens qui m'aiment comme ils m'aiment. Ou juste être Kyx et m'en foutre, la bite dans une main et mon sabre dans l'autre, promis on parlera de moi, et mon corps gisant devants une maternel, mes traces de pas ensanglanté sortant de la cantine horrifiée, et mon corps de balle criblés, le GIGN m'a aimé le temps d'appuyer sur la gâchette, les cameras tournés, j'ai sourit à la télé, elle m'a dit qu'elle m'aimait comme je la hais, je crois en faites l'aimer.

 

Dans THE INTERNET. Là t'as le permalien.

11 coms pour je fais tes trucs trop bien avec les pieds

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)