[+18] GRIM: Torment (Oncela5eva) (edit images)

Ouais, alors voilà, je vais te présenter mon jeu préféré, qui est aussi le meilleur jeu du monde.

Ca s’appelle GRIM: Torment, c’est sorti en 1999 sur PC, et voici 1500 mots de passion dans gueule :

C’est le jeu qui a le meilleur scénario du monde. Mais même si je devais te le résumer, ça nous prendrait beaucoup trop de temps, alors je vais te donner le début de l’histoire, déjà, pour que tu commences à comprendre combien ta vie a été vide et chiante en comparaison de ce que tu pourras vivre en jouant à ce jeu.

 

Bon, déjà, tu commences le jeu, t’es déjà mort. Carrément ! T’es dans un monde qui s’appelle Sigil et où y a que des morts. C’est là où on va tous après être mort. C’est bien glauque et crade, genre mafia-steampunk (je sais que ça veut rien dire, mais imagine des mafieux steampunk, puis imagine la ville dans laquelle ils vivraient). Ah ouais genre ça :

 

Tu travail à la morgue. C’est un métier de merde, mais on t’a filé ce métier de merde parce qu’avant de mourir t’étais une vraie enflure et que c’est le seul job que le karma ou un truc du style a bien voulu te donner. Et t’as besoin de pognon parce que, dans Sigil, le seul moyen de VRAIMENT mourir et d’enfin trouver le repos éternel que tu mérites c’est de t’acheter un ticket de train spécial qui mène vers les Limbes.

 

Alors tu bosses tranquille, genre tu fais chier personne, t’attends ton heure, pénard, puis un jour tu reçois un macchabé qui a le corps entièrement couvert de cicatrices. Il a la gueule complètement détruite. Et alors que tu t’apprête à embaumer le type, tu t’aperçois qu’en fait il est pas mort. Genre le mec est dans le royaume des morts alors qu’il est même pas mort ! Alors toi t’as peur de te faire engueuler, genre « Ouais, Manny, ton boulot c’est d’embaumer les gens, pas de les ramener à la vie ! Putain, tu fais chier, y a un vivant dans le monde des morts, je vais me faire engueuler pas mon boss !! Wow !! ». Alors ni une ni deux, rien à foutre, tu bute le vivant avec une bonne grosse planche qui a de gros clous qui sortent.

 

Beh voilà, là le type est bien mort, alors tu le remets sur la table d’embaumement et tu lui branche dans le cul le tube qui va lui vider ses entrailles. Tu t’allumes une petite clope et regardes le spectacle de la nature s’écouler, content que t’aies pu remettre les choses dans l’ordre sans que ça dérape trop.

Puis que le macchabé s’est déjà vidé à moitié qu’il se réveille et te parle. Genre le mec est encore revenu à la vie ! Putain ! Et attends, tu sais pas le plus drôle : il a tout oublié et se souvient même pas que tu viens de lui foutre des clous dans le crâne et un aspirateur dans le fion ! Le con !

 

Bon alors là, toi, vu que t’es juste un putain d’embaumeur de merde et qu’on t’a jamais vraiment expliqué comment ça marché la mort et tout, tu décides de laisser tomber et de laisser le vivant vivre. Mais tu sais quand même que tu vas te faire engueuler, alors tu quittes ton boulot de merde, parce que t’en pouvais plus de ce boulot de merde de toute façon. Et tu pars à l’aventure avec le vivant qui veut pas mourir et qui se souvient même pas de son nom. En fait vous partez à l’aventure à la recherche des souvenirs de Sans Nom (c’est son nom, enfin, son surnom, j’imagine).

 

Votre seul indice est un texte mystérieux qu’il y a tatoué sur son dos « Salut, mec ! C’est moi : toi, Manny ! Je viens du futur ! Wow !!! Tu vas voir, l’aventure qui vous attend, beh… c’est de la putain de balle ! Genre : WOW !!».

 

Et c’est sur ces belles paroles d’espoirs que nos deux héros débutent leur fabuleux périple qui va remplir plusieurs semaines de tes nuits si tu t’es pas assez con pour pas pirater tout de suite ce jeu.

Enfin, genre, tu lance le téléchargement maintenant, mais t’attends d’avoir fini de lire l’article pour l’installer.

 

Voilà, donc scénario ultra profond, qui aborde des sujets vraiment matures et graves sur des angles complètement originaux – tout le contraire de toi et tout ce vers quoi tu devrais tendre. Y a beaucoup de textes à lire, mais c’est putain de bien écrit, on lâche pas une seconde (et je dis ça alors que je déteste lire des livres : là, l’interaction change tout, on a en moyenne 5 choix de réponses, parfois une 20aine, et ce sont de VRAIS choix, comme on savait en faire dans le temps). C’est vraiment ultra fouillé, ultra détaillé. Chaque concept qui compose Sigil est vachement poussé. Je me suis surpris à m’arrêter de jouer pour y réfléchir pendant des heures, mais bon, je pense pas que ça t’arriveras, je vois pas pourquoi je te raconte ça.

 

Et puis l’ambiance est géniale : c’est sombre et glauque au point qu’on en vient à accepter que c’est normal d’être aussi glauque, comme si on voulait se préserver du dégout en l’acceptant. Et ça c’est cool. Et y a pas mal d’humour aussi, des trucs bien sentis que Manny balance à longueur de temps. Ca c’est bien fun. Un des personnages les plus drôles du jeu vidéo. Effet d’ombre et de lumière génial entre Sans Nom le gros thon glauque et Manny le boute-en-train séducteur.

Ah ouais, y a des scènes de cul aussi. Genre c’est juste à l’écrit, on voit rien que le texte, mais putain, si tu te laisses aller, tu vas te taper de vilaine queue entre deux réflexions sur le suicide et l’oubli.

 

Bon pour les graphismes tu vas niquer ta mère par contre, parce qu’y parait qu’elle a une Wii et que même sur Wii les graphismes sont mieux que dans ce jeu. Et puis tu vas niquer ta mère en général, de toute façon.

 

La musique elle est cool, y a un petit passage où Sans Nom joue du putain de jazz dans un resto sur un gros piano à queue bien stylé pendant que Manny fait le con dans la cuisine. Scène mythique du jeu vidéo…

 

Bon, le gameplay c’est pas vraiment le centre du jeu, par contre (ouais, je sais, c’est bizarre pour le « meilleur jeu du monde » de pas se concentrer sur la façon de jouer, mais cherches pas à comprendre, même moi je comprends pas).

C’est beaucoup de discussion avec des PNJ, des objets à récupérer et à mettre sur d’autres trucs. Parfois y a des petits combats à la D&D, mais c’est pas très dure et puis on s’en fout (genre les perso gagnent des niveaux et tout, mais voilà, c’est pas le centre du jeu en vrai, c’est juste comme ça, pour faire passer le temps).

 

Voilà, c’est le jeu, voir l’œuvre, qui m’a le plus fait voyager, réfléchir et appris à tourner le sort en dérisions. Sans lui, je ne serais surement pas parmi vous aujourd’hui, à rire de vos blagues et tout.

 

C’est grâce à ce jeu que je vous aime, et je vous aime presque autant que j’aime ce jeu. <3

 

Dans +18, Concours. Là t'as le permalien. Et là tu peux voir les tags.
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

27 coms pour GRIM: Torment (Oncela5eva) (edit images)

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)