Ces salopards de Mexicains

Je suis ce point-là, ce cube métallique lumineux qui balaie l'asphalte en crachant des photons. L'autoroute A10 serpente. C'est une murène géante qui s'étire dans la campagne entre Orléans et Poitiers.
Au-dessus, la nuit habille le ciel en costard-cravate gris trader. La lune est suspendue plein ouest. Son éclat d'ostie rassie sanctifie les bords des nuages. Les essuie-glaces vont et viennent, vont et viennent, vont et viennent. Je conduis un Citroën Picasso de location rouge vif.

Je n'ai pas choisi la couleur.

 

Les véhicules de location sont le plus souvent de teinte sobre, passe-partout. Je ne me suis pas méfié quand le type de l'agence m'a refilé les clés avec un sourire du Middle West coincé dans ses mâchoires dessinées pour casser des noisettes. J'avais confiance.


 

Et non espèce de sale bâtard de fils de pute, la suite si tu veux l'avoir il faut cliquer sur le lien ci-dessous, tu as le choix. Sinon le blog c'est à peu près rien et mec est un vrai talentueux de l'écriture d'internet. Même si tu ne sais sans doute pas lire je te conseille de regarder les images.

 

Dans THE INTERNET. Là t'as le permalien.

Un com pour Ces salopards de Mexicains

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)