Teufelsberg – Histoire d’un drame dramatique

Bienvenue à nouveau dans les dossiers de l'Histoire sur MPSI, premier sur la culture. Aujourd'hui, un lieu exceptionnel et fatal... Le genre d'endroit où Dieu s'est dit "Ok, à cet endroit là ça va être la grosse merde, lol".

Bienvenue dans ce nouveau dossier, sa mère la pute. Si l'Histoire en général te plaît tant que ça, c'est peut-être parce que tu ne veux pas aller de l'avant dans la vie... Au lieu de t'intéresser à des trucs qui vont arriver, des trucs intéressants puisque ça te concerne dans un avenir proche ou lointain, tu t'intéresses à ce qui s'est déjà passé, tu cherches à comprendre, tu t'interroges, bref t'as une attitude de vieille tapette, et laisse-moi te dire que c'est pas comme ça que tu vas pouvoir serrer des meufs, ou même avoir des amis. C'est de la merde l'Histoire. Voilà, c'était l'introduction.

A l'extrême Ouest de Berlin existe une grande forêt qui répond au doux nom de GRUNEWALD. Rien d'intéressant jusqu'à présent, c'est une forêt comme y'en a 4857 en Allemagne, à la différence près que cette forêt avait été choisie par Hitler pour édifier la première université nazie dont les plans étaient confiés à Albert Speer, l'architecte du parti nazi. Après WW2, dans une tentative d'annihilation de toute trace nazie, il fût décidé de détruire également l'université nazie. Cependant, Albert Speer (ouais, c'était le grand-père de Britney Spears, trop bien ta blague, ta gueule maintenant) avait bâti l'université comme une forteresse : impossible de la faire exploser. L'université était un monstre d'architecture imposant avec de grosses fondations, construit pour durer.

La seule solution était de l'enterrer. Une grande partie des immeubles de Berlin étaient en ruine à la fin de la guerre. Il a donc fallu évacuer tous les gravats (dont la quantité représentait à peu près la taille de tous les bâtiments de la ville de Münich)  afin de reconstruire la ville, et c'est le lieu de l'ancienne université nazie qui a été choisi pour déchargé tout "l'ancien Berlin", comme ça paf ! Plus d'université, et une belle colline de plus de 100m de haut, avec des arbres, de la forêt et des animaux qui chantent en coeur. Quelques pierres et ardoises font parfois surface à côté de jolies fleurs, toute la ville de Berlin est enterrée, un immense cimetière architectural, social et historique, verdoyant.

Fin de la guerre chaude, début de la guerre froide. La puissance alliée veut savoir ce qui se passe de l'autre côté du mur en Allemagne soviétique. Les USA financent un projet de base d'espionnage sur le Teufelsberg, qui représente alors le meilleur point de vue et d'écoute de toute la ville de Berlin. Google maps n'existait pas encore, Youporn non plus, la guerre froide est une période historique très étrange. La NSA occupe donc les lieux dans ce bâtiment qui - avouons-le tout de suite - ressemble fortement à une grosse bite... Nan mais franchement quoi :

Si ça c'est pas une grosse paire de couilles avec une bite au milieu, je m'y connais plus... C'est comme si l'architecte de la base d'espionnage avait pris un bon rail de coke et s'était dit : "OK, ces putain de nazis vont comprendre que c'est nous les kings de la bite ! Nous on est pas là pour plaisanter, on va tous les enculer ces connards de schleu !! OUAIS, OUAIS ! CONTINUE TIPHANY J'Y SUIS PRESQUE, OUI !!" et paf, on se retrouve avec une base d'espionnage digne d'une grosse production pornographique, genre la forteresse Kink, version Jackie Treehorn fantasmée.

Les tours abritaient des radars en charge de surveiller toutes les émissions radio provenant de Berlin Est. Lorsque le mur est tombé, tout a été repris et/ou détruit sauf la base en elle-même en raison du coût important de son éventuelle destruction.

Objet de fascination et de curiosité tout au long des années 1990, de nombreux projets ont été évoqués afin de redonner vie au lieu, mais en raison de la situation particulière de cette colline artificielle, finalement, rien n'a jamais été concrétisé ni même décidé concernant les murs de l'ancienne station.

Et cette ancienne station, elle fait vraiment flipper sa mère la grosse tepu en string... Une petite vidéo qui met bien l'ambiance :

On se sent tout de suite mieux, hein ? L'ambiance fantomatique de ta mère la grosse connasse fait un peu penser à l'univers de David Lynch, et c'est marrant parce qu'en fait, David Lynch a bien failli s'installer durablement à Teufelsberg.

Réel génie cinématographique mais non pas moins gaga avec ses conneries de méditation transcendantale, Lynch a voulu acheter l'endroit. Certain pensent que c'est effectivement le cas dans la mesure où la vile de Berlin ainsi que l'Etat ne sont pas propriétaires et qu'il est avéré que le lieu appartient vraisemblablement à un particulier qui a eu suffisamment d'argent pour acheter la ruine de station, mais Lynch n'a jamais revendiqué l'achat. Avec ses potes de merde de la secte de méditation transcendantale, ils ont organisé une petite conférence de presse en 2007 en expliquant qu'ils désiraient créer une université de la méditation mes couilles, et que cette faculté s'inscrirait dans un réseau "invincible" d'université de philosophie de méditation machin. Ils avaient même fait des plans, tout était bien ficelé.

Mais comme TOUT ce qui concerne le Teufelsberg, le projet foire en grandes pompes, d'une manière absolument formidable : Emanuel Schiffgens, gros allemand borderline et adepte s'emporte alors dans un discours formidable sur "l'Allemagne invicible", ne manquant pas de faire réagir le public, soulignant qu'Adolf Hitler voulait lui aussi une Allemagne invincible. Je vous laisse regarder la réponse de Schiffgens, vers la seconde 50, enfin un peu avant la première minute de la vidéo.

- "Adolf Hitler voulait aussi d'une Allemagne invicible"

- "Oui, mais malheureusement, il n'y est pas arrivé"

Il faudrait un jour qu'une étude sérieuse sorte enfin sur les gros foirages, les vrais, les trucs irrémédiables qui font que la notion de possibilité est complètement exclue... Si un jour un bouquin sort sur les plus grands foirages de l'histoire de l'humanité, il faudra absolument mettre David Bivas et le l'allemand obèse qui a voulu construire un genre d'université nazie sur une colline artificielle recouvrant les ruines d'une ancienne université nazie, A BERLIN.

David Lynch comprend que dalle à l'Allemand, donc il sait pas vraiment pourquoi tout le monde s'emporte, mais il sourit comme un gros con parce que y'a que ça à faire quand tu te rend compte que t'appartient à une putain de secte de gros pd du cul accro aux aliens et aux godes ceinture.

Du coup, pas d'autorisation d'ouverture d'université de la part des autorités allemandes.... C'était pourtant tellement génial. On peut dire qu'ils ont des couilles les transcendantaux... Ou alors qu'ils ont un putain de sens de l'humour et de la mise en scène. Moi j'pense plutôt que c'est des gros connards, mais chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin.

Les pages se tournent, le livre n'est pas fini : l'ancienne station d'espionnage est tournée vers tous les avenirs possibles qui pourront s'offrir à elle. Témoignage d'un passé peu glorieux sur plusieurs strates, le Teufelsberg n'en reste pas moins un triangle des bermudes historique, l'endroit où rien n'a encore été possible, ce qui fait sens finalement, dans la mesure où "Teufelsberg" littéralement en français veut dire : "montagne du diable".

A bientôt pour d'autres cahiers de l'Histoire sur MPSI, votre site préféré de ta mère la grosse pute alcoolique qui suce des chiots.

Merci à JETENCULETHERESE pour la découverte.

Dans Culturectum. Là t'as le permalien. Et là tu peux voir les tags.

18 coms pour Teufelsberg – Histoire d’un drame dramatique

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)