Hitler et l’Argent

Pour changer un peu des trolls lycéens, j'ai décidé de faire un peu d'Histoire et de parler des finances d'Hitler : Dans le cadre de toute la propagande nazie, Hitler s'est toujours montré comme étant un homme du peuple. Il se présentait comme étant entièrement dévoué à sa cause et à l'Allemagne. C'était très important pour son image et cette dernière était entretenue essentiellement par Goebbels, ministre de la propagande, qui présente son führer comme un homme du peuple, né pauvre, qui a gravi les échelons de la société, ce qui est faux, comme Norman.

 

Hitler menait une vie comfortable, se levait tard, regardait des films dans la soirée. Il aimait trainer avec ses potes entre deux pipes et ne consacrait pas beaucoup de temps à l'administration, préférant se masturber pendant des semaines devant des films porno hardcores.

C'était aussi et surtout un fraudeur fiscal. Son dossier d'imposition se trouve toujours à Munich dans l'état de Bavière. Il est classé parmi les autres feuilles d'imposition de contribuables pour la région. Ce dossier montre que cet homme du peuple n'était pas disposé à payer ses impôts comme tout le monde et révèle un crime économique aussi énorme que ma bite.

Le casier judiciaire d'Hitler s'ouvre avec un coup d'état en Bavière en 1923. Au cours de ce qu'on a appelé le putsch de la Brasserie, une manifestation est organisée le lendemain. 4 policiers et 16 militants nazis sont tués. Adolf Hitler est arrêté et condamné à 5 ans de prison pour haute trahison. Il ne passe que 8 mois derrière les barreaux, mais rédige Mein Kampf, qui deviendra un Best seller.

Mein Kampf est publié par une maison d'édition allemande que le parti nazi a racheté en 1920 à des fins de propagande. Afin d'acquérir l'hebdomadaire et les imprimeries, le parti nazi a dû emprunter la somme de 250 000 marks. On est au début de la période d'inflation. Hitler remboursera les marks qui ne valent plus qu'une infime partie de leur valeur initiale. L'hyper-inflation paralyse l'économie et le mark s'effondre. A la fin des années 1920, le mark ne vaut même plus le papier sur lequel il est imprimé. Des millions d'allemands sombrent dans la débauche et le sexe anal contrairement à Hitler et ses potes nazis : ils ont le soutien de riches fortunés, compatriotes ou étrangers.

Henri Ford, constructeur automobile emblématique et antisémite notoire est l'un d'entre eux. La filiale Ford en Allemagne est devenue extrêmement lucrative suite à l'accession des nazis au pouvoir, fournissant à l'armée des camions et d'autres véhicules. Ford en Amérique a beaucoup bénéficié du IIIème Reich (je rappelle juste comme ça que les USA étaient nos alliés pendant 39-45, jsyk)

Beaucoup de riches munichois et d'étrangers soutiennent également financièrement la cause d'Hitler : de nombreuses devises étrangères arrivent de la part de bienfaiteurs d'outre atlantiques, notamment ITT, General Motors, Standard Oil from New Jersey, mais également des banques comme la Chase. Les finances personnelles d'Hitler et celles du parti nazi deviennent floues. Certains fidèles commencent donc à s'interroger sur le train de vie fastueux du "roi de Munich".

En 1925, il acquiert une luxueuse Mercedes d'une valeur de 20000 marks, avec chauffeur, s'offre des voyages, se paye plein de pute et de coke et finance ses apparitions publiques grâce aux fonds du parti, sans jamais remplir de déclaration de revenu ni déclarer ses heures, comme un vulgaire intermittent du spectacle. Le service fiscal du gouvernement en place le rappelle à l'ordre, au risque de payer une amende ou d'aller en prison. Hitler se présente donc comme un écrivain sans le sou afin d'échapper aux impôts, déclarant qu'il ne fume pas et ne boit pas, se restreignant à un train de vie plus que modeste.

Au delà de la propagande, Hitler habitait de beaux appartements et était entouré d'assistants sexuels. Sa déclaration d'impôts était donc très éloignée de la réalité. S'ensuit une longue "guerre" avec le service des impôts. Dans le même temps, le parti nazi a besoin de beaucoup de liquidités afin de rémunérer les S.A. Les congrès de Nuremberg coûtent des sommes colossales.

Un puissant donateur alimente les caisses du parti : Fritz Thyssen, le baron de l'acier de la Rhur. Les largesses de Thyssen permettent à Hitler de concrétiser ses ambitions et de se loger de plus en plus confortablement, au moment où l'économie mondiale est désastreuse. Les entreprises sont toutes en faillite, le chômage de masse et la pauvreté s'abbatent dans tous les pays d'Europe. Hitler exploite donc le désespoir et la peur et la machine de la propagande nazie passe à la vitesse supérieure. Son message simple et nationaliste est de plus en plus populaire.

La notoriété du personnage Hitler dope les ventes de son manifeste politique "Mein Kampf" en 1930, ses revenus officiels sont de plus de 50000 reichmarks.

Janvier 1933, Hitler est élu 1er chancelier du Reich. Il est sur le point de devenir un dictateur très puissant. Son accession au pouvoir est célébrée comme un triomphe, mais la machine publicitaire nazie construisait toujours une image d'hitler comme un homme populaire, un homme du peuple.

L'idée qu'il tenait une existence monastique, travaillant nuit et jour pour le peuple allemand était fantasque. Sa fortune personnelle provenait essentiellement de la vente de son livre Mein Kampf : 1,5 millions d'exemplaires au cours de la seule année 1933 (à 12 marks l'ouvrage, faites le calcul juste sur un an...) traduit dans plusieurs langues, les ventes étaient excellentes également à l'étranger.

Hitler avait inscrit sur sa carte de profession et dans sa feuille d'imposition "écrivain". En 1934, un fonctionnaire s'intéresse aux finances personnelles d'Hitler et lui envoie par courrier mandaté un réajustement très salé, prouvant qu'hitler devait dans les 400 000 marks à l'état allemand.

Hitler donne alors l'ordre au ministère des finances d'intervenir. Etant multimillionnaire, il a donc exigé que son dossier fiscal soit clos, et les autorités ont fini par accéder à sa requête. L'agent du fisc, reçoit l'ordre d'oublier le dossier d'Hitler. Le führer est exempté d'impôts, tout en se présentant comme un modeste citoyen, refusant son salaire de chancelier auquel il a droit pour faire don de cet argent aux membres du parti nazi qui en ont besoin, quand même, quel brave enculé...

Les allemands qui n'ont pas encore de travail seront plus ou moins forcés de travailler dans l'armement et la construction d'armes. Les dépenses militaires sont la priorité. L'allemagne se réarme donc en secret avec l'argent public des contribuables.

Modeste serviteur dévoué à son peuple, il restaure l'honneur allemand et l'emploie en lançant de grands projets de travaux publics, comme la construction de l'autobahn. La population ne s'intéressait pas aux dépenses du fuhrer qui finalement reposait sur eux.

Comme quoi, plus d'argent, plus de problème.

Dans Culturectum. Là t'as le permalien. Et là tu peux voir les tags.

20 coms pour Hitler et l’Argent

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)