Le colonel Sanders

Yu-Gi-Ho les internautes, bienvenue pour un nouvel article dans notre rubrique du panthéon des célébrités qui ont marqué l'histoire et que vous connaissez probablement pas parce que vous êtes des grosses merdes. Face à une pression considérable sur Facebook de la part de centaines de fans, je me suis enfin décidé à prendre la plume et à allumer ma pipe à crack pour vous conter l'histoire extraordinaire du colonel Sanders que vous avez pu apercevoir en version logo pop-art au bords des autoroutes ou dans votre patelin de mes deux couilles. Egorgeur de poulets pour les uns, mythe pour d'autres, à la fin de cet article, vous saurez tout de cet illustre personnage qui aurait franchement mérité un film tellement sa vie est ouf. C'est pas impossible d'ailleurs que les studios Warner en ait plein les couilles d'Adam Sandler un de ces 4, donc ce sera un peu une avant-première pour vous les bouseux... C'est TIPAR !

D'abord, Harland David Sanders a bien existé. C'est pas un mythe ou un personnage inventé, ni même une mascotte de merde comme MacDonald's qui a rien trouvé de mieux que de mettre un vieux clown pourri pour faire venir les enfants avec ses putains de grandes chaussures rouges et son air d'imbécile heureux, connards de clowns, je hais cette profession d'enculés... Le colonel est né en 1890 et il est mort en 1980, ce qui est marrant parce que c'est comme si on avait juste changé un numéro de place, lol. Il avait quand même 90 ans, respé. Ca ne vous aura pas echappé que c'est lui qui a créée KFC, sinon les mecs, faut sortir sérieux... Regardez-moi cette bonne bouille qu'il se tape : on a envie d'être sympa et de lui payer un caramel.

Harland commence sa vie un peu difficilement : son père boucher meurt alors qu'il n'est âge que de 6 ans. Sa mère essaye de joindre les deux bouts pour faire vivre sa petite famille. Harland a plusieurs frère et soeurs. Naturellement, il commence à leur faire à bouffer très tôt, et il trouve ça chouette de cuisiner des trucs. Sa mère arrive vraiment pas à s'en sortir au fil du temps et décide de se taper un gros bâtard de fermier mais qui a des thunes. Harland pète régulièrement les couilles à son beau père, si bien qu'ils décident de l'éjecter pour qu'il passe son adolescence ailleurs tavu, comme ça le fermier il pouvait se taper la mère d'Harland oklm sans qu'on l'emmerde.

Harland s'en tamponne des cours et décide de bosser rapidement parce qu'il veut de la maille, du flouze, de la thunes, il rève de pouvoir clipper avec Booba pour sa chanson "qu'estcejvaisfaire de toute cette oseille"... Il commence donc à bosser vers l'âge de 12 ans (personne n'est sûr à 100% au niveau des dates) et enchaine plein de petits boulots bien pourraves comme ouvrier agricole dans la ville de New Albany dans l'Indiana. J'ai eu l'occasion de traverser New Albany un jour, c'est vraiment une grosse ville de merde. Etre ouvrier agricole à cette époque là, dans ce coin là, ça devait vraiment être la hess. Il est payé 15 dollars par mois, il y travaille 3 ans. Ensuite il devient chauffeur de tramway (allo quoi...) et il arrive à se faire engager dans l'armée alors qu'il n'a pas l'âge légal et part faire son service militaire à Cuba. Après son service, il se marie, a 3 enfants et divorce en 1947. Harland a alors 57 ans. Il n'avait pas beaucoup de compétences, donc il a exercé plein de boulots à la con, mais genre plein ! Vendeur d'assurance, chauffeur de train, etc... Toute sa vie en fait, ça s'est résumé à faire des métiers à la con, et pas que sa jeunesse : TOUT LE TEMPS. Le mec jusqu'à longtemps, c'était ton voisin au RSA qui bosse en intérim pour monter des meuble Ikéa en expo, il avait pas une thune, zéro. Bref, socialement, c'était une grosse merde.

Mais il est confiant, toi même tu sais, c'est le plus déterminé des enfoirés (QLF OMGG LOOOL) et lance sa société de bateaux à vapeur, mdr... Et genre à un moment, il rencontre l'inventeur de la lampe à carbure. Harland il flaire le truc, il se dit "putain, y'a pas de lumière et là grâce à ça les gens vont pouvoir voir la nuit ! C'est une révolution omg" et il s'empresse d'acheter les droits et ouvre carrément une manufacture pour être le premier américain à vendre ces lampes qui étaient bien parties pour faire un malheur si seulement l'Etat n'avait pas décidé 2 ans plus tard de lancer une grande campagne d'électrification pour relier à l'électricité tous les foyers nords-américains. Harland est trop baisé, c'est l'archouma totale...

A cette époque il n'avait plus qu'un oiseau sur son épaule. Il avait tout perdu, mais on pouvait lire dans son regard qu'il ne s'arrêterait pas là. Il ne s'arrêterait jamais, peu importe les foirages les plus formidables de l'Histoire qu'il pourrait encaisser, il essayera toujours de briller. Get rich or die tryin' lol omg i speak wall street englisch, zbeub zbeub.

Bon alors pépouze, Harland se dit qu'il doit un fric monstre à la banque mais balec : il prend le boulot de chauffeur de train, un taff pas super excitant mais qui lui permet de découvrir le Kentucky. Il fait ça 5 ans avec le profil bas pour pas que les banques lui mette les couilles dans un étau. Pendant ce temps il prend des cours du soir pour passer un petit diplôme en droit. Il parait qu'il a été avocat et qu'il a été radié de la profession après s'être battu avec un de ses clients (c'est ce que dit Wikipédia) mais j'y crois pas trop... En tout cas si c'est vrai, il est trop badass sa mère.

Il déménage ensuite avec sa famille dans le Kentucky où il s'occupe d'une station-service perdue au milieu de nulle part. Comme il n'y a pas vachement de voitures qui se bousculent, il décide de faire à bouffer. Il n'y a pas de place pour faire un restaurant, du coup il accueille les gens chez lui, à sa table, où 6 chaises ont la place de se glisser. Les affaires fonctionnent, il a un peu de thunes et direct il ouvre un gros resto de 140 couverts de l'autre côté de la route. On lui accorde le titre honorifique de Colonel pour son apport gastronomique à la cuisine américaine. Les choses semblent fonctionner, c'est cool, mais comme si il s'agissait d'un vieux film avec un scénario bas de plafond : son resto brûle quelques années plus tard, dans des circonstances inexpliquées. C'est une peu comme Destination Finale : toute entreprise née de l'initiative d'Harland était systématiquement vouée à l'échec.

Jusqu'à ce jour de 1939 où un critique gastronomique fait l'éloge de l'illustre poulet du Kentucky, mais note que les plats mettent vachement de temps à venir. Le nouveau colonel est bien emmerdé mais il ne sait pas comment faire cuire ses poulets plus vite. A ce moment, un démarcheur en auto-cuiseur lui vend des trucs pour faire cuire les haricots vachement rapidement et le colonel se dit qu'il devrait essayer de faire cuire des poulets dans ce truc. Bingo, ça marche, les poulets cuisent vachement vite et le colonel est une nouvelle fois sacré colonel avec son habit traditionnel d'homme du sud un peu folklorique. Les poulets cuisaient vite, le personnage était né : il s'agirait maintenant du Colonel Sanders, fier précurseur de la cuisson des poulets, homme du Sud respectable. Cet autocuiseur était en quelque sorte l'avènement de sa célébrité.

Ca fonctionne, le colonel reprend du poil de la bête et décide de faire une franchise, ça y est il se sent plus, il a une recette de poulet qui tabasse et il se dit que son heure de gloire a enfin sonné. Il fait des transactions tac-tac et se sépare de son restaurant d'origine pour investir un autre lieu, plus grand, plus beau. L'avenir semblait pourtant être radieux, mais ENCORE UNE FOIS, l'endroit qu'il achète est en plein passage de la construction d'une nouvelle autoroute, et aux USA, rien n'arrête la construction d'une route...

Le colonel est donc (encore) ruiné à 66 ans et vit grâce au chèque mensuel de la sécurité sociale américaine de l'époque : 105 dollars. Alors tu fais quoi à 66 ans avec 105 dollars par mois ? C'est à peine si tu peux te payer à bouffer, t'as pas de logement, tu vis dans la rue après avoir fait plein de boulots pourris, t'as jamais eu de chance, ta femme c'est une pute qui t'a quitté (oui j'ai oublié de le dire, mais sa femme au début là, elle l'a quitté...) Alors ? Tu fais quoi ? TU FAIS QUOI PUTAIN ?

Toi je sais pas, mais je vais te dire ce que le Colonel a fait... Il a pris sa Ford, modèle 1946 (la Ford 1946, ça ressemble à ça :

Dedans, il a mis le reste de ses affaires, une brosse à dent (ouais, c'était un ouf de l'hygiène laisse tomber) et sa recette de poulet Kentucky Fried Chicken notée sur un papier, dans l'objectif de vendre la recette et de trouver des investisseurs pour être franchisé. Avec 0 sur son compte et l'intégralité de son indemnité qui passe en essence, le Colonel sillonne tous les Etats-Unis en mode gros road trip, la coke et le sexe en moins, juste avec sa recette sa bite et son couteau. La légende raconte qu'il a essuyé 1008 refus avant de trouver un restaurant qui accepte d'acheter sa recette pour augmenter son chiffre.

Là encore je pense que c'est un coup marketing de l'équipe de com de KFC, mais j'veux bien croire que ça a été long sachant qu'il a mis bien 2 ans avant de trouver un investisseur et que c'est le genre de mecs un peu borné qui avait une seule obsession : réussir dans la vie et être un homme d'affaires.

10 ans plus tard en 1963, le Colonel est à la tête de plus de 400 restaurants franchisés. Il réalise lui-même dans sa cuisine la sauce qu'il garde secrète et l'envoie à ses 400 restos franchisés. Ca marche trop bien sa mère, là il est pété de thunes pour de bon. Le soir, il danse et chante un peu en slow motion en chantant : "rompompompompomp, c'est d'la bonne à sa mère, j'sors de la galère, la vis d'ma mèèèèère" LOOOOL PNL QLF ADEMO VR IL VOTE BLANC DANS LA CAGE D'ESCALIER DANS LA LEGENDE DE L'ASCENSEUR DES PECHES EMPILES, OLOLOLOLOLOL

Finalement, bah Sanders a vraiment fait démarrer sa "carrière" à plus de 60 ans, donc il se retire quand même assez vite du game et vend tout à une grosse compagnie qui se charge de vendre son image de marque ainsi que de la gestion logistique de tous ses produits. C'est ensuite qu'il devient juste porte-parole de sa propre marque, mais il ne bosse plus vraiment et touche un putain de gros salaire à vie. Sa franchise s'exporte dans tous les pays du monde, il a plus le contrôle mais il s'en tape un peu au bout du compte.

Vers la fin de sa vie, il comprend qu'en fait il a trop d'argent et qu'il ne sait pas quoi en faire. Il décide alors d'adopter pas 10, pas 30 mais 78 enfants orphelins (dans vos gueules Angelina et Brad, vous faites tiepe avec vos 3 racailles asiat' de 13 ans en survet Fubu)

L'histoire aurait pu s'arrêter là et faire rêver plus d'un boutonneux comme étant le genre de success story parfaite, mais le destin réservait encore pas mal de grosses merdes au colonel... Peut-être étaient-ce l'âme de tous ses poulets tués qui prenaient leur revanche comme dans le merveilleux film Troma "Poultrygeist".

Quand il décide de se retirer des affaires, il peut pas s'empêcher quand même de rouvrir un petit restaurant à lui qui porterait son nom. C'est alors que le groupe KFC décide de l'attaquer en justice, prétextant qu'il ne doit plus utiliser son propre nom puisqu'il appartient maintenant à la chaine, à des fins commerciales. Le groupe gagne, le colonel change finalement le nom de son resto, un peu emmerdé, mais c'était sans compter qu'une installation électrique défectueuse allait ENCORE faire cramer son putain de resto jusqu'à ce que les murs tombent et qu'il ne reste plus rien de son affaire. Dieu a voulu envoyer un message que le colonel a parfaitement bien interprété puisqu'il s'est retiré de tout ce qui ressemblait à un business, jusqu'à la fin de sa vie, pour de bon.

Pour passer le temps, il publie des autobiographies. Il meurt finalement d'une leucémie et il est enterré dans une grand cercueil en forme de poulet géant, loooool non j'déconne reste trankil.

Pour finir j'ai envie de parler de la malédiction du colonel mais sérieux j'ai trop la flemme donc je prend Wikipedia et je fais une version courte :

La Malédiction du Colonel (カーネルサンダースの呪い) est une légende urbaine japonaise. D'après elle, une malédiction aurait été lancée sur l'équipe de baseball des Hanshin Tigers par le Colonel Harland Sanders, défunt fondateur de la chaîne de restauration KFC et mascotte de l'enseigne. La raison de cette malédiction viendrait du mauvais traitement d'une des statues à son effigie située devant un de ses restaurants par des fans de l'équipe en 1985. En fait, les Hanshin Tigers aurait jeté la statue du colonel dans une rivière, et le colonel se serait vengé en les faisant perdre tous les tournois possibles pendant près de 25 ans alors que c'était les favoris historiques. Enorme hein ?

Voilà, c'était la fabuleuse histoire du colonel Sanders. J'espère que vous avez passé un agréable moment en notre compagnie et que vous saurez tirer vos propres conclusions. Si vous sentez que vous êtes une grosse merde dans la vie, dites-vous que vous pourrez toujours rebondir, même à 66 ans et faire fortune sur le dos de centaines de millions de poulets morts. Ca réconforte l'égo et ça donne du pep's. Pour toutes ces raisons, le Colonel méritait de figurer dans le Hall of Fame de MPSI aux côtés d'autres grands noms.

Pschit Pschit les rageux, t'es dans ta jalousie, j'ai gazé ton papi. Si t'as un problème t'sais mec j'ai fait de la muscu, j'suis une brute maintenant, si tu veux j'te démonte, ça c'est une photo de moi après l'entrainement de judo :

Balèze ! BALEEEZE ! Sinon j'suis toujours partant pour une partie de Counter Strike, si y'a des amateurs j'suis chaud de la bite, envoyez vos Steam ID.

Dans Créas perso. Là t'as le permalien.

14 coms pour Le colonel Sanders

  1. nekfeu dit :

    « et le colonel se serait vengé en les faisant perdre tous les tournois possibles »

    • colonel reyel dit :

      mdr nique ta race avec tes cheveux peroxydés et retourne faire des pubs de merde pour la fnac.

    • deeplake dit :

      Oui, c’est comme quand je dis « la voiture à Paul » ou « le pull à Marie » ou encore « comme même », je fais exprès de faire 2 3 fautes de temps en temps histoire de pas froisser les bouseux comme toi. J’te rappelle que j’ai gagné un concours d’orthographe organisé par Science et Vie junior quand j’étais en 5ème, je suis une machine Grammar Nazi venue de l’espace.

  2. Race de mort dit :

    hihi c simpa kan tu raconte des istoires

  3. Le Dem dit :

    Toujours un régal, Deeplake. Merci. Ta niaiserie bonhomme me détend toujours autant.

    Ton ami.

  4. j'ai pas envie de lire dit :

    j’ai pas envie de lire

  5. facebok dit :

    trop long ; napalu

  6. deeplake dit :

    Mais allez vous faire foutre les gars, genre vous pensez que tout le monde en a à secouer que vous lisiez ou non ? Tout ça c’est que du paraitre genre vous avez rien comrpis à ma démarche artistique loool nique sa race

  7. HyYyBriS dit :

    Moi j’ai lu qu’il s’est suicidé dans un bunker pckil a pas fini de tuer tous les poulets dla terre.

Laisser un commentaire

C'est bon, les autres verront pas ton mail. Et les * c'est que c'est obligenculé.

Va vite sur monpremiersiteinternet.com pour plus de lol.

(J'déconne ça sert à rien)